Les bases de l’allaitement – Bastet

Les bases de l’allaitement

  1. Donnez le sein si possible dans l’heure suivant la naissance.  

    Faites du peau à peau, cela favorise la création du lien et accélère la montée de lait. Gardez le nouveau né près de sa maman, nuit et jour, si possible en pratiquant le cododo. Au début, bébé tète très souvent et peu.

  2. Donnez le sein aux premiers signes d’éveil, c’est-à-dire dès que bébé tourne la tête en cherchant le sein, qu’il ouvre la bouche, s’agite. Lorsqu’il pleure, cela signifie que les premiers signes de faim n’ont pas été décelés. Bien souvent, vous devrez alors le calmer avant de le nourrir.

  3. Ayez confiance en bébé. Ne le restreignez ni sur la durée des tétées, ni sur l’intervalle entre chaque tétée. Il va stimuler la production de lait selon ses propres besoins, car l’allaitement, plus que tout, répond à la loi de l’offre et de la demande.

  4. Installez bébé (et maman) confortablement : oreille, épaule et hanche en ligne droite. Le menton enfoncé dans le sein, le nez bien dégagé. Les lèvres retroussées sur toute l’aréole (partie foncée autour du téton). On peut entendre bébé déglutir (généralement tous les 3 ou 4 mouvements de succion) par de légers « glouglou ». En revanche, si on entend un vrai claquement (bruit similaire lorsqu’on fait claquer notre langue), consultez un ORL.

  5. Reposez-vous et buvez à votre soif.

  6. Allaiter ne fait pas mal. Les premiers jours, une gêne peut être ressentie par la maman, du fait de la sensibilité des seins et de la montée de lait, mais ce n’est pas douloureux. Si ça l’est, ou si vous avez des crevasses, consultez une sage femme ou une conseillère en lactation pour vérifier la position de bébé. Si la position est bonne, demandez à un ORL de vérifier l’éventuelle présence de freins.

  7. Pendant quelques jours à une semaine, bébé peut réclamer plus souvent le sein ou les bras. Il s’agit de pics de croissance. Il est important de continuer d’allaiter à la demande. Cette période correspond à une augmentation des besoins du bébé qui va, par la loi de l’offre et de la demande, augmenter la production de lait.

  8. Il est inutile de peser bébé tous les jours, encore moins avant et après chaque tétée. Assurez-vous simplement que les couches sont bien mouillées. Les selles doivent être fréquentes. Elles peuvent s’espacer après 4 à 6 semaines.

  9. Il est inutile de consommer des galactogènes, c’est-à-dire des aliments qui «augmentent» la production de lait. Ceux-ci peuvent compliquer l’allaitement en augmentant le débit du lait, ce qui peut engendrer des problèmes de reflux, bébé peut s’énerver car il ne parvient pas à gérer ou ne pas prendre suffisamment de lait gras de fin de tétée.

  10. Évitez les biberons et les bouts de sein (ou téterelles). Bébé peut faire une confusion, c’est-à-dire «désapprendre à téter». Il peut ne plus vouloir du sein, qui lui demande un effort particulier pour obtenir du lait. Ne soyez pas dupes des arguments marketing tels que «ce biberon imite à la perfection la forme et le mode de succion du sein maternel». Ce n’est pas vrai. En outre, sachez que la confusion peut survenir à tout moment. À n’importe quel âge, quelle que soit la fréquence à laquelle il reçoit des biberons et même s’il en a déjà eu pendant des mois sans que cela pose problème. Il existe de nombreuses alternatives au biberon pour éviter de prendre ce risque, telles que la Softcup de Medela, la tasse à bec dur, ou même la cuillère, la tasse normale ou la pipette.

  11. Évitez les tétines. Elles faussent les appels de faim, trompent le cerveau de bébé qui reçoit le message «j’ai tété -> je n’ai plus faim». Toujours du fait de la loi de l’offre et de la demande, bébé tète moins et donc la production baisse. Elles peuvent aussi entraîner une confusion.

  12. Bébé ne pleure pas toujours de faim. Être pris dans les bras est un réel besoin pour l’enfant (particulièrement avant l’âge d’un an), au même titre que manger. Répondre à ce besoin favorisera sa prise d’autonomie lorsqu’il sera prêt. Au contraire, ne pas y répondre, le mettrait dans un état de stress néfaste pour lui.

  13. N’hésitez pas à emmener votre bébé consulter un ostéopathe, un kinésiologue ou un microkiné. En effet, l’accouchement peut être très éprouvant et bloquer les membres de bébé. Enfin, en cas de doutes ou de problèmes, n’hésitez pas à consulter une conseillère en lactation IBCLC.

 

– BASTET –

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *